Fédération d'Eure-et-Loir

Fédération d'Eure-et-Loir
Accueil > Le Parti > La lettre de la Fédé

La lettre de la Fédé n°1 (2012)

 
 
 

On peut se tromper

On peut se tromper, au risque d’être bien déçu. Toutefois, l’espace ouvert  par ce rassemblement inédit qui s’appelle le Front de gauche commence à entraîner de nouvelles recrues : des citoyens, des syndicalistes se tournent vers nous. C’est souvent une démarche individuelle mais déterminée, et qui révèle à l’évidence de nettes possibilités d’élargissement, de renforcement et de … rajeunissement politique. La difficulté sera peut-être de rendre toutes ces bonnes volontés vite et pleinement efficaces ; mais l’appétit de conquête viendra en mangeant, avec d’autres expériences de la (mal) vie sociale, dont notre parti aura beaucoup à gagner et à apprendre. D’ores et déjà, la pratique du Front de gauche depuis trois ans nous aide à aplanir bien des difficultés, à oublier bien des susceptibilités.

Il convient donc que les militants communistes, avec leur générosité habituelle s’efforcent de faire de leur parti un lieu d’accueil, de solidarité, d’apprentissages partagés et d’inventivité politique. La crise globale que traversent notre pays, l’Europe et le monde appelle à organiser résistance, riposte et élaborations alternatives pour dépasser les limites du capitalisme. Comme à d’autres époques, cela demande lucidité, courage, solidarité. Et cela n’ira pas sans douleur.

 Claude Simon

 

 

« C’est en hiver qu’il faut penser printemps » (J-J Rousseau)

Depuis des mois nous fourbissons nos armes pour 2012: stratégie politique et électorale, candidatures, programme, argumentaire. Et puis une crise financière, dont personne ne peut nier l’importance, passe par là et semble remettre tout en cause, à commencer par la vision de l’avenir : nos retraites, si chèrement défendues à l’automne 2010, nos salaires gravement menacés, nos droits civiques, contestés par les agences de notations qui expriment la dictature des marchés, nos services publics, mis en concurrence puis vendus à la découpe au privé, notre soif de paix et de respect des peuples bafouée en Afghanistan, en Côte d’Ivoire et en Libye… Patratas ? Tout sera-t-il emporté par l’austérité libérale-autoritaire qui ne connaît que la loi du profit ?

Le temps de crises, c’est celui des épreuves de vérité : or nos analyses (parfois débattues) du capitalisme ont plutôt reçu un sacré coup de jeune, notre stratégie est bien parée pour la tempête qui s’annonce, notre détermination est intacte : il faut changer de société, il faut inventer un chemin inédit qui porte les couleurs d’une démocratie sans compromis. Tout est en danger ? Oui mais surtout le vieux monde ! Comme le disent les jeunes communistes «  le capitalisme n’a pas d’avenir, nous si ! »

Nous voici donc au seuil d’une bataille intense, dans laquelle la droite et le patronat français ne perdront pas une occasion de maquiller les  catastrophes sociales, humaines et écologiques que leurs choix ont engendrées, pas une occasion de manoeuvrer pour ruiner les chances d’une véritable alternative à leur politique ultralibérale, pas une occasion de relever la tête, que les mouvement sociaux de ces derniers mois leur ont souvent fait baisser.

Et la situation de la gauche de compromis social-démocrate est à cet égard alarmante : petits arrangements électoraux entre PS et EELV, fragilité du candidat naguère chéri des sondages, et surtout grand flou sur des choix programmatiques pulvérisés par la crise. La droite n’a pas encore perdu en 2012.

Il revient donc au Front de gauche de relever le défi d’un débat général sur les propositions essentielles que la gauche devrait mettre en oeuvre pour changer vraiment de cap et rendre espoir à un peuple qui souffre. Faute de quoi les pires solutions pourraient prévaloir, à l’extrême de la droite. Aux assemblées citoyennes convoquées par le Front de gauche de donner, cet hiver, le coup d’accélérateur nécessaire à l’éclosion d’un beau printemps !

Souhaitons-nous une bonne année militante, pour une belle année de renouveau des luttes populaires.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.