Fédération d'Eure-et-Loir

Fédération d'Eure-et-Loir
Accueil

Le PCF et le Front de Gauche 28, opposé à la fermeture de services de l’hôpital Louis Pasteur.

 
 
 
 

Le PCF et le Front de Gauche 28, opposé à la fermeture de services de l’hôpital Louis Pasteur.
 

On nous a annoncé une fermeture, au 1er Mars 2013, de services de chirurgie viscérale et d'urologie à l'hôpital Louis Pasteur (cela représente 28 lits...), sous le prétexte odieux et honteux qu'il n'y a pas assez de fréquentation, et donc pas assez de rentabilité!!!! (« La cardiologie rapporte plus que la chirurgie viscérale » : écho du 11/01/13).  Cela fait suite à une à une déclaration officielle de l’Agence Régionale de Santé (ARS)  « …menaçant de supprimer des postes si le taux d'occupation des lits est insuffisant. » (écho du 11/12/12)

Depuis quand la vie à un prix ?

Il est reconnu depuis longtemps qu'il y a un manque criant de moyens et de personnel dans les hôpitaux publics. Il s'agit ici d'un chantage ignoble destiné aux personnels et aux patients, que nous dénonçons et auquel nous nous opposons avec force.

Les hôpitaux publics doivent rester en dehors de toute logique de concurrence et/ou de performances économiques.

Nous appelons les pouvoirs publics locaux à prendre leurs responsabilités : l’Agglomération de Chartres « Chartres Agglo », le Conseil Général et le Conseil Régional doivent intervenir, car ils sont informés de cette situation aussi bien (et même mieux) que nous. Leur non-intervention conforterait la politique gouvernementale en matière d’organisation de la santé et donnerait un aval aux orientations de l’ARS.

Mais il n'est pas trop tard pour agir.

Nous invitons toutes celles et tous ceux qui s’opposent à ce projet néfaste, à soutenir les salariés de l’hôpital qui, avec leurs organisations syndicales, résistent courageusement. Nous vous appelons à signer la pétition diffusée par ces salariés dans leurs mouvements dans et hors de l’établissement hospitalier.

En étant nombreux à s’opposer à ces fermetures de services, laissant la part belle aux cliniques privées, nous condamnons la loi Bachelot qui continue de dégrader l’hospitalisation publique.

La principale solution reste de nous rassembler, le plus massivement possible, pour que ce projet soit annulé, et pour l'exigence d'un véritable service hospitalier public qui répond aux besoins de toute la population.

Crions fort que ces fermetures de services sont inacceptables !

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

le 17 February 2013