Fédération d'Eure-et-Loir

Fédération d'Eure-et-Loir
Accueil > Actu

La haine et la violence fasciste doivent être combattues sans relâche

 

Règle d'or / pacte budgétaire européen : François Hollande doit consulter les français par referendum

Pour sortir de la crise, sortons de l'austérité
 
 
 

Mort de Clément Méric :

« La haine et la violence fasciste doivent être combattues sans relâche»

La mort de Clément, jeune homme de 18 ans, sous les coups de militants d'extrême droite est un drame tragique et révoltant. Mes premières pensées vont à ses parents et à sa famille. Au nom des communistes français, je leur adresse toutes mes condoléances.

La haine et la violence fasciste qui sont à l'origine de ce crime doivent être combattues sans relâche et les groupuscules d'extrême droite dissous. J'appelle au rassemblement de toutes les forces démocrates pour condamner cet acte odieux. Ce soir, place Saint Michel, regroupons-nous pour exprimer tout notre soutien à la famille de Clément et notre résistance face aux exactions de ces groupes néo fascistes.

Pierre Laurent, secrétaire général du PCF

 

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

La haine et la violence fasciste doivent être combattues sans relâche

Ce vendredi soir 7 juin, à 18h, devant la Préfecture de Chartres 200 euréliennes et euréliens se sont rassemblés pour saluer la mémoire de Clément Méric, jeune syndicaliste et militant antifasciste de18 ans. Ils ont observé une minute de silence pour s'associer à la peine et à la colère de sa famille et de ses camarades.

Ce jeune homme a été assassiné par des membres de mouvances d’extrême-droite radicale, dans un contexte de violences fascistes qui s’est amplifié ces derniers mois, entre autres à la faveur de campagnes de haines homophobes ou racistes.

A cette occasion, les organisations du Front de gauche de l'Eure et Loir ont exigé la dissolution de ces groupes d’extrême-droite. D'autres organisations (EELV, CGT, FSU, SUD.....) ont aussi exprimé leurs volontés de combattre ces campagnes haineuses.

Les participants se sont ensuite dirigés vers la place des Droits de l'Homme puis devant la stèle de Jean Moulin où ils ont chanté le Chant des Partisans avant de se disperser.